En Chine, «les indicateurs sont au vert», pour Nathalie Boy de la Tour

Le stade de Shenzhen
Ligue 1 Conforama
01/08/2019

Par AFP

Diffusion, présence sur les réseaux sociaux... « Les indicateurs sont au vert » pour développer la Ligue 1 Conforama en Chine, a assuré jeudi à l'AFP la présidente de la Ligue de football professionnel Nathalie Boy de la Tour, depuis Shenzhen où se tient samedi le Trophée des champions entre le PSG et Rennes (13h30).

Après 2018, la saison débutera une nouvelle fois à Shenzhen. Pourquoi rester en Chine?

« Le développement à l'international de la Ligue 1 Conforama constitue toujours l'une de nos priorités. Notre objectif est de toujours mieux exposer les clubs français à l'international, et particulièrement en Chine. Le Trophée des champions y participe. C'est un territoire prioritaire pour nous. »

Que représente la Chine pour le Championnat de France?

« La Ligue 1 Conforama est le troisième Championnat le plus diffusé derrière l'Angleterre et l'Espagne. Ça représente plus de 100 millions de téléspectateurs en audience cumulée l'année dernière sur le groupe CCTV. Au niveau des revenus, on les a multipliés par six en deux ans. On a augmenté notre présence sur les réseaux sociaux, en étant sur WeChat, Weibo, Toutiao et Douyin. On a aujourd'hui 500.000 fans qui nous suivent, c'est une croissance de 200% par rapport à l'année dernière. Les indicateurs sont au vert. Mais il nous reste du travail, car le potentiel de la Chine, et plus globalement de l'Asie, est extrêmement important. »

Au même moment en 2018, vous évoquiez un retard sur la Premier League ou la Liga. Pensez-vous l'avoir comblé aujourd'hui?

« Il va falloir du temps, mais nous nous en donnons les moyens, chose que l'on ne faisait pas auparavant. Nous sommes en bonne voie pour le combler. On a pris du retard, car le développement à l'international n'était pas une priorité. Maintenant, c'est inscrit dans notre plan stratégique. La Chine est très grande, il y a de la place pour trois à quatre championnats étrangers. Ce qui était important pour nous, c'est de nous situer parmi les trois premiers. On a atteint cet objectif. »

Comme la saison passée, des matchs vont-ils être avancés à 13h pour avoir une meilleure exposition en Asie?

« Nous n'avons pas encore arrêté les programmations. Mais la saison passée, le match Lyon-Montpellier qui avait été diffusé à 14h30 a réuni 1,2 million de téléspectateurs en Chine. C'est très encourageant. En 2020, il y aura une case à 13h00 (le dimanche, à chaque journée) qui a deux objectifs : au niveau national de faire venir un public différent et familial et, au niveau international, de pouvoir avoir une diffusion en prime time en Asie. »

Reverra-t-on le Trophée des champions en Chine en 2020?

« A chaque fois, on s'adapte par rapport aux opportunités et aux enjeux pour s'implanter sur un territoire. Les EA Ligue 1 Games (à Washington, en juillet) ont été une opportunité pour nous. On se demande, pour l'année prochaine, s'il ne faudrait pas coupler cette tournée avec le Trophée des champions qui pourrait se tenir aux États-unis. Rien n'a été arrêté. Les obligations que nous avons avec notre partenaire Kaisa, c'est de faire deux éditions consécutives à Shenzhen. Nous devons organiser une 3e édition en Chine, dans une ville qui n'a pas été arrêtée, avant 2022. »

Quelle image de la Ligue 1 Conforama souhaitez-vous véhiculer en Chine?

« Que c'est un Championnat de qualité, avec des buts et des stars. Les Chinois nous connaissent surtout pour la qualité de notre formation, comme le rappelle notre signature, la +Ligue des talents+. J'ai rencontré il y a quelques semaines le président de la Fédération chinoise de football. Les Chinois sont aussi très demandeurs d'aide pour développer la pratique du football. Si on peut les aider à développer et à partager notre savoir-faire, on en sera ravi. »

Comment abordez-vous la saison à venir?

« Au-delà de l'aspect sportif, nos deux objectifs sont le développement à l'international et le développement digital. Ça veut dire engranger le maximum de fans et mieux faire connaître, mieux faire aimer, nos compétitions. En Chine, on a lancé une dynamique qui est en train de s'enclencher et qui peut croître très rapidement. »








L'email a bien été envoyé
OK
  • Partenaires Canal Plus BeIn Sport Conforama Uber eats Fiat Tipo TAG HEUER ballon uhlsport la poste