Droits TV : Consensus sur la nouvelle répartition

Conseil d'Administration
03/03/2006

Par

L'organisation du calendrier 2005-2006 et la nouvelle répartition des droits audiovisuels ont été les principaux points examinés par le Conseil d'Administration qui a, par ailleurs, rendu un vibrant hommage à Claude Simonet. Le président sortant de la FFF, qui assistait vendredi à son dernier C.A. de la Ligue, s'est vu remettre en cadeau un superbe ballon de cristal de Baccarat et a reçu une longue standing ovation de la part des membres du Conseil.

Suite aux travaux de la Commission Marketing et à la réunion de l'UCPF, le 31 janvier dernier, le Conseil a entériné la nouvelle répartition des droits audiovisuels, laquelle avait fait l'objet d'un consensus de l'ensemble des présidents de clubs de Ligue 1 et Ligue 2. Cette répartition a été effectuée selon les principes stratégiques suivants :
-Consolider la solidarité entre la Ligue 1 et la Ligue 2
-Encourager et récompenser le travail de structuration des clubs professionnels
-Donner les moyens aux clubs européens de briller sur la scène européenne car cela profitera à tout le football français : augmentation de l'indice UEFA débouchant sur une augmentation du nombre de clubs qualifiés, attractivité croissante des clubs français pour les meilleurs joueurs nationaux et étrangers avec pour objectif une valorisation des championnats et des clubs professionnels tant au niveau national qu'international.
En ce qui concerne la répartition Ligue 1-Ligue 2 :
-Jusqu'à 450 M € (+20%) : 81% Ligue 1/ 19% Ligue 2
-De 450 à 550 M € : 100% Ligue 1
-De 550 à 600 M € : 81% Ligue 1/ 19% Ligue 2
Pour la seule Ligue 1, la répartition a obéi au maintien de la charte sur la totalité des montants (50/ 30/ 20) avec une augmentation mécanique de la part fixe pour les clubs et a intégré un critère de classement sportif sur 5 saisons révolues, soit 25% sur le classement de la saison en cours et 5% sur le classement sur 5 saisons révolues. Les 20% concernant les passages TV seront répartis comme l'an dernier : 75% sur la saison en cours, 25% sur les 5 dernières saisons révolues.
Un club classé 1er sur tous les critères percevrait ainsi un maximum de 44 M € en 2005-2006 (contre 25,3 en 2004-2005). L'écart maximum entre le 1er et le 17ème (14,7 M €) serait de 1 à 3.
L'aide à la relégation a été augmentée :
De Ligue 1 en Ligue 2, les clubs percevraient 2 M € la première année, 1 M € la deuxième année (contre 1,6 et 0,8 en 2003-2004). De Ligue 2 en National : 0,7 M € la première année et 0,35 M € la deuxième (contre 0,53 et 0,26).

Calendrier 2005-2006 : Reprise le 30 juillet ?
L'organisation du calendrier national 2005-2006 s'apparente à un véritable casse-tête compte tenu des 158 dates internationales immuables (contre 122 la saison dernière). Le président de la LFP s'est d'ailleurs élevé contre les oukases des instances internationales, les ligues se retrouvant confrontées à d'énormes difficultés pour l'organisation de leur championnat.
A la demande de la Ligue, la FFF a adressé une lettre à l'UEFA et à la FIFA pour évoquer ces difficultés, et il semble que les deux instances internationales soient prêtes à ouvrir le dialogue. Ainsi, dans certains pays, la date de fin des compétitions nationales ne serait plus fixée impérativement au 14 mai 2006. Dans les propositions de calendrier préparées par la Ligue, le championnat 2005-2006 pourrait démarrer le samedi 30 juillet 2005 et s'achever le samedi 20 mai 2006, la finale de la Coupe de France se disputant le samedi 27 mai.
Par ailleurs, la FFF a fait remarquer à l'UEFA qu'il lui paraît irréaliste de préparer la Coupe du Monde sans pouvoir organiser un match amical de préparation pour l'équipe de France à la fin mars, étant donné que la date initialement prévue à cette fin, libérée par la FIFA, a été "réquisitionnée" par l'UEFA pour les quarts de finale des coupes européennes ! Compte tenu des protestations venues de plusieurs pays, il est demandé à l'instance européenne d'avancer ces quarts de finale d'une semaine.

Une trêve d'hiver raccourcie
A saison exceptionnelle, efforts exceptionnels. Ainsi, l'UNFP, au nom des joueurs, n'est pas contre la possibilité de jouer une journée de championnat entre les deux fêtes de fin d'année, soit le 28 décembre. Ce qui, évidemment, réduirait la trêve hivernale, mais allègerait le mois de janvier, particulièrement chargé cette saison. En compensation, le syndicat des joueurs demanderait 4 semaines pleines de vacances d'été. La saison 2004-2005 s'achevant le 29 mai et la reprise n'étant prévue que le dernier samedi de juillet, les joueurs auraient donc un mois plein de repos avant la reprise des entraînements début juillet.
Par ailleurs, la Ligue demande à la FFF d'organiser les 16èmes de finale de la Coupe de France en semaine. L'objectif de la LFP étant, en effet, de ne disputer que deux journées de championnat seulement le mercredi.

La protection des pelouses obligatoires
Toujours à propos du calendrier, face au report de plusieurs matches en raison des conditions climatiques, le président Thiriez a fustigé les clubs qui ne jouaient pas le jeu en matière de protection des pelouses, refusant systématiquement l'installation d'un système de chauffage, alors que la Ligue non seulement y contribue financièrement mais met aussi à la disposition des clubs les systèmes de bâchage qu'elle a elle-même acquis. La Ligue envisage d'inscrire la protection des pelouses dans ses règlements comme une obligation, sous peine de sanctions.

>> Lire la suite (TVA, OM, EPFL)







L'email a bien été envoyé
OK